Conférence de presse du 20 novembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/11/20

Sur les invitations du Ministre japonais des Affaires étrangères Toshimitsu Motegi et de la Ministre des Affaires étrangères de la République de Corée Kang Kyung-wha, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi effectuera une visite officielle au Japon et en République de Corée du 24 au 27 novembre.

RCI : Selon des reportages, le Ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi a récemment tenu une conférence de presse avec le Directeur général des Relations publiques interservices du Pakistan Babar Iftikhar, accusant l'Inde de soutenir les forces terroristes au Pakistan et de saboter la construction du Corridor économique Chine-Pakistan (CECP). Des preuves pertinentes y ont également été publiées. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : J'ai déjà répondu aux questions en la matière. La Chine s'oppose à toutes formes de terrorisme et à la pratique de « deux poids deux mesures » en matière de lutte contre le terrorisme, et appelle la communauté internationale, en particulier les pays de la région, à mener une coopération antiterroriste pour sauvegarder la sécurité collective. La Chine apprécie les contributions positives apportées par le Pakistan à la lutte internationale contre le terrorisme, et soutient fermement le Pakistan dans ses efforts visant à lutter contre les forces terroristes et à sauvegarder la paix et la sécurité sur son territoire et dans la région.

Projet pilote et majeur de l'Initiative « la Ceinture et la Route », le CECP revêt une signification importante non seulement pour la promotion du développement commun de la Chine et du Pakistan, mais aussi pour l'amélioration de la connectivité et de la prospérité commune dans la région. Nous sommes convaincus qu'avec le soutien de la communauté internationale, nous pourrons bien construire et exploiter le CECP avec le Pakistan, et que toute tentative de compromettre la construction de ce corridor sera vouée à l'échec.

Reuters : Le Premier Ministre du Japon a déclaré que son pays avait l'intention de soutenir l'élargissement de l'Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP). Lors de sa visite à Tokyo la semaine prochaine, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi discutera-t-il avec la partie japonaise des questions liées à l'adhésion de la Chine au CPTPP ?

Zhao Lijian : La Chine est toujours un partisan ferme de la libéralisation et de la facilitation du commerce et un participant important à la coopération et à l'intégration économique dans la région Asie-Pacifique. Notre attitude est positive et ouverte à l'égard de tous les arrangements de libre-échange tant qu'ils vont dans le sens de l'intégration économique régionale en Asie-Pacifique, respectent les principes de transparence, d'ouverture et d'inclusion, et sont favorables pour le maintien du système mondial de libre-échange centré sur l'Organisation mondiale du Commerce (OMC).

Je viens d'annoncer la prochaine visite du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi au Japon. Nous publierons les informations sur les détails de cette visite en temps utile.

Kyodo News : Lors de la visite au Japon du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, les deux parties parleront-elles de l'éventuelle visite du Président Xi Jinping au Japon ?

Zhao Lijian : Nous vous tiendrons informés des détails de la visite du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi au Japon.

South China Morning Post : Selon des reportages, le 9e cycle de pourparlers au niveau des commandants d'armée entre la Chine et l'Inde aura bientôt lieu. Pourriez-vous fournir des détails sur les préparatifs des pourparlers et l'état d'avancement du 8e cycle ?

Zhao Lijian : La Chine et l'Inde maintiennent toujours des échanges sur les questions frontalières à travers les canaux militaires et diplomatiques, et œuvrent pour promouvoir l'atténuation et l'apaisement de la situation le long des frontières. Nous avons déjà publié les informations sur le 8e cycle de pourparlers au niveau des commandants d'armée. Quant au nouveau cycle de pourparlers dont vous avez parlé, nous publierons les informations dès que nous les aurons.

Beijing Daily : Selon des reportages, lors des Dialogues des PDG de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique (APEC) le 19 novembre, le Premier Ministre canadien Justin Trudeau, demandé s'il regrettait l'arrestation par les autorités frontalières canadiennes de Meng Wanzhou, a dit : « Est-ce que je regrette que le Canada ait respecté un vieux traité d'extradition avec notre allié le plus proche ? Absolument pas ! » Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : J'ai aussi quelques questions pour le Canada. Premièrement, pourquoi le Canada est-il le seul pays à « respecter » le traité d'extradition avec les États-Unis dans cette affaire ? Les États-Unis ont signé des traités d'extradition avec de nombreux pays. Deuxièmement, les autres pays qui ont conclu des traités d'extradition avec les États-Unis ne respectent-ils pas leurs obligations conventionnelles ? Troisièmement, pourquoi n'ont-ils pas fait ce que le Canada a fait ? C'est parce qu'ils ne veulent pas faire partie de cette sale conspiration des États-Unis et qu'ils ne veulent pas satisfaire les intérêts égoïstes des États-Unis aux dépens des intérêts de leur propre peuple.

La position de la Chine sur l'affaire Meng Wanzhou est claire et ferme. Il faut souligner que devant les faits divulgués et les nombreux points douteux, peu importe à quel point le gouvernement canadien dissimule la vérité et trompe le public, la nature politique de l'affaire Meng Wanzhou ne sera pas changée, le rôle scandaleux du gouvernement canadien en tant que complice et pion des États-Unis dans cette affaire ne le sera non plus.

Nous avons également remarqué que de plus en plus de personnes clairvoyantes au Canada demandent publiquement au gouvernement canadien de prendre des décisions indépendantes pour libérer Meng Wanzhou, dont des hommes politiques, des avocats, des juges et d'anciens diplomates. Nous exhortons les dirigeants canadiens à écouter davantage ces voix justes et raisonnables.

Agence de presse Xinhua : Ces derniers jours, il y a eu successivement plusieurs cas locaux confirmés de COVID-19 en Mongolie. Le gouvernement mongol a annoncé l'entrée du pays dans l'état d'alerte et imposé de multiples mesures de contrôle et de prévention de l'épidémie. En tant que proche voisin de Mongolie, la Chine lui fournira-t-elle des assistances et des soutiens ?

Zhao Lijian : La Chine et la Mongolie sont des pays voisins amicaux reliés par des montagnes et des rivières. Depuis l'apparition de la pandémie de COVID-19, les deux pays ont travaillé ensemble pour lutter contre l'épidémie et ont obtenu des résultats positifs. Récemment, la situation de l'épidémie en Mongolie a eu de nouveaux changements. Le gouvernement et le peuple mongols prennent activement des mesures concernées pour lutter contre l'épidémie. La Chine suit de près la situation et maintient des échanges étroits avec la partie mongole. Le gouvernement chinois a décidé de fournir une assistance d'urgence en équipements et réactifs pour le test d'acide nucléique de COVID-19 à la Mongolie afin d'aider et de soutenir le pays dans la lutte contre l'épidémie. Selon les besoins de la Mongolie, la Chine continuera de lui apporter activement le soutien au mieux de ses capacités. Nous souhaitons, et en avons la conviction, que sous la direction du gouvernement mongol, la Mongolie vainque rapidement l'épidémie.

China Daily : Récemment, la Banque mondiale a prévu une baisse du revenu moyen par habitant dans le monde de 3,6% en 2020, et l'entrée dans la pauvreté extrême de 88 à 115 millions de personnes à cause de la COVID-19. Comment voyez-vous le rôle de la Chine dans la cause internationale de réduction de la pauvreté ?

Zhao Lijian : L'année 2020 est l'année d'achèvement de la construction intégrale d'une société de moyenne aisance en Chine et aussi l'année décisive pour y éradiquer la pauvreté. Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes, y compris la pauvreté extrême, est le plus grand défi du monde entier, et aussi une condition sine qua non de la réalisation du développement durable.

La Chine a toujours partagé son expérience de lutte contre la pauvreté avec la communauté internationale et contribué à la cause mondiale d'élimination de la pauvreté. Selon les statistiques de la Banque mondiale, 800 millions de Chinois sont sortis de la pauvreté au cours des 40 dernières années de la réforme et de l'ouverture sur l'extérieur. Cette année, la Chine sortira de la pauvreté toute la population rurale pauvre définie selon les critères en vigueur. Cela permettre à la Chine d'atteindre dix ans à l'avance l'objectif de l'éradication de la pauvreté fixé dans le Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unies, et d'apporter des contributions historiques à l'élimination de la pauvreté et à la réalisation d'un développement pacifique à l'échelle mondiale. Des concepts de lutte contre la pauvreté avec des caractéristiques chinoises tels que « l'assistance ciblée aux démunis » et « respect des conditions locales » sont de mieux en mieux acceptés par la communauté internationale. La partie chinoise a récemment publié un rapport intitulé Élimination de la pauvreté absolue : la pratique de la Chine, en vue de partager sous tous les angles son expérience et ses pratiques de réduction de la pauvreté dans divers domaines. Je vous invite, chers amis journalistes, à suivre et à couvrir la situation concernée de l'élimination et la réduction de la pauvreté en Chine.

La Chine apporte ses aides à la cause de l'élimination de la pauvreté dans le monde en prenant des actes concrets. Tout en faisant avancer la réduction de la pauvreté dans notre propre pays, nous aidons toujours les nombreux pays en développement au mieux de nos capacités. La Chine travaille à approfondir sans cesse la synergie entre la construction de « la Ceinture et la Route » et le Programme de développement durable à l'horizon 2030. Selon un rapport de la Banque mondiale, la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route » aidera à sortir 7,6 millions de personnes de la pauvreté absolue et 32 millions de personnes de la pauvreté modérée. En plus, à travers les canaux bilatéraux et multilatéraux, nous continuons d'aider les pays en développement à améliorer la construction de leurs capacités, contribuant ainsi à la coopération internationale en matière d'élimination de la pauvreté.

Comme on le dit souvent : « le monde ne sera meilleur que lorsque tout le monde va mieux. » La Chine continuera de promouvoir la cause mondiale de réduction de la pauvreté et d'apporter sa force à la coopération internationale en matière de réduction de la pauvreté et de lutte contre la pauvreté.

Nihon Keizai Shimbun : Le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi serait-il mis en quarantaine après la visite au Japon et en République de Corée ? Le cas échéant, combien de jours devra-t-il s'isoler ?

Zhao Lijian : Nous ferons des arrangements conformément aux règles antiépidémiques concernées du pays.

NHK : Concernant la visite du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi au Japon, quelles sont les attentes de la Chine ?

Zhao Lijian : Pendant sa visite, le Conseiller d'État Wang Yi s'entretiendra avec le Ministre des Affaires étrangères du Japon Toshimitsu Motegi et rencontrera des dirigeants politiques du Japon.

Actuellement, les relations sino-japonaises connaissent un développement durable et régulier. La Chine souhaite travailler ensemble avec le Japon pour mettre en œuvre des consensus importants atteints par les dirigeants, approfondir les échanges stratégiques de haut niveau et la coopération dans la lutte contre la COVID-19 et sur la reprise du travail et de la production, ainsi que renforcer la coordination dans les affaires internationales et régionales, afin de faire avancer de manière saine et stable les relations sino-japonaises.

CNR : Selon des reportages, le Ministre de la Santé de la République démocratique du Congo (RDC) a annoncé le 18 novembre la fin de la 11e épidémie d'Ebola dans le pays. Le Directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus a félicité le gouvernement et le peuple congolais pour leur nouvelle victoire sur Ebola. Quel a été le rôle joué par la Chine dans la lutte de la RDC contre l'épidémie d'Ebola ?

Zhao Lijian : Nous sommes ravis de voir la RDC déclarer récemment la fin de la 11e épidémie d'Ebola dans le pays, et exprimons nos félicitations au gouvernement et au peuple congolais ainsi que nos admirations aux personnels soignants qui ont apporté des contributions majeures à la lutte contre l'épidémie.

La coopération médicale et sanitaire est une composante importante de la coopération sino-africaine. La Chine a toujours suivi de près l'évolution de la situation d'Ebola en RDC, et lui a fourni, ainsi qu'aux autres pays de la région, des assistances et soutiens dans la mesure du possible. Ces dernières années, la Chine a accordé plusieurs aides humanitaires d'urgence à la RDC et aux autres pays de la région et y a envoyé des équipes d'experts pour aider à lutter contre l'épidémie. Elle a travaillé en coopération avec l'OMS et l'Union africaine dans la prévention et le contrôle des épidémies pour faire valoir la fraternité sino-africaine marquée par la solidarité à toute épreuve par des actions concrètes, ce qui a été hautement apprécié par différentes parties. Encore une fois, les faits ont éloquemment prouvé que la coopération solidaire est l'arme la plus puissante contre les épidémies.

À l'heure actuelle, la Chine et l'Afrique travaillent main dans la main pour lutter contre la COVID-19. La Chine entend œuvrer ensemble avec les pays africains dont la RDC pour bien mettre en œuvre les acquis du Sommet de Beijing du Forum sur la Coopération sino-africaine et du Sommet extraordinaire Chine-Afrique sur la solidarité contre la COVID-19, renforcer la construction du système de prévention et de contrôle de la santé publique et des capacités en la matière des pays africains, améliorer les capacités à relever les défis liés aux épidémies majeures, et bâtir ensemble la communauté de santé Chine-Afrique. Dans le même temps, nous appelons la communauté internationale à prendre plus de mesures concrètes pour aider l'Afrique à vaincre la COVID-19 le plus vite possible.

AFP : L'Ambassadeur du Canada en Chine s'est entretenu par liaison vidéo avec Michael Kovrig et Michael Spavor, citoyens canadiens soupçonnés d'espionnage. Est-ce que les visites consulaires en tête-à-tête seront prochainement autorisées ?

Zhao Lijian : La Chine a exposé maintes fois sa position sur cette question. Nous allons adapter les politiques concernées aux besoins de la lutte antiépidémique.

Tass : Selon des médias de Taiwan, le responsable de l'Agence de protection de l'environnement des États-Unis Andrew Wheeler se rendra à Taiwan à la tête d'une délégation en décembre prochain pour promouvoir la coopération sur la protection des mers. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Zhao Lijian : La Chine s'oppose fermement à toute forme d'échanges officiels entre Taiwan et les États-Unis. Voilà une position constante et claire de la Chine. Nous exhortons la partie américaine à bien comprendre la nature hautement sensible de la question de Taiwan, à respecter scrupuleusement le principe d'une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, à cesser immédiatement les échanges et contacts officiels sous toutes leurs formes avec Taiwan, et à traiter adéquatement les questions liées à Taiwan avec prudence, de sorte à ne pas compromettre la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan et la coopération sino-américaine dans les domaines importants concernés. La Chine fera des réactions légitimes et nécessaires selon l'évolution de la situation.

Consulat Général de la République Populaire de Chine à Saint-Denis Tous Droits Réservés